Un Chromebook ?

Voici le bureau de mon nouveau portable. Ce nouvel ordinateur, c’est un Chromebook, un Asus C301SA et c’est un très joli nom, merci.

Un Chromebook ? Pourquoi pas un iPad ?

Parce que je cherche laptop pas une tablette, aka une machine qui tienne toute seule sur mes genoux, sur laquelle je puisse écrire, sans devoir la tenir en mains en même temps.

Pourquoi pas un Mac ?

Parce que j’ai déjà un MacBook Pro, qui fonctionne très bien. Le chromebook ne le remplace pas… J’ai bien songé à un MacBook 12 pouces, mais c’est trop cher vu l’usage que j’en aurai.

Pourquoi un Chromebook, alors ?

  • Parce que son prix. Moins de 250€ en promo (399, prix normal). Prix duquel on devrait aussi déduire un peu plus de 40 €, correspondant aux 100Go de stockage Google Drive, offerts pour deux ans avec la machine. A peine plus de 200 €, donc.
  • Parce que je connais ses limitations et je sais pourquoi je l’achète : comme une machine à écrire connectée à Internet (sauvegardes, surf, musique, Netflix, etc.). Et rien de plus.
  • Parce que, quoi qu’en pense Apple, ma préférence va toujours aux écrans mats.
  • Parce que Asus a fait le choix d’utiliser un clavier (hélas, non-rétroéclairé) qui n’essaye pas d’être le plus fin possible.

Parce que tout ça donc, plus l’envie de goûter à quelque chose que je ne connaissais pas, ma décision était prise de tenter le coup avec ce Chromebook.

Mais, David ! Toi, grand amateur de Pomme depuis la fin des années 80, me direz-vous, joignant les mains tremblantes en une prière fébrile, les yeux plein de larmes devant mon presque sacrilège, es-tu donc devenu fou ?! Tu vois pourtant bien que…

Y a plein de chose que tu ne peux pas faire sur un Chromebook !

C’est vrai. D’où l’importance de savoir ce que l’on achète et pour en faire quoi.

Par exemple, oubliez la retouche/catalogage photos, oubliez aussi le montage vidéo (en même temps, vu les specs de la machine…). Il n’y a pas non plus de logiciel de comptabilité, pas de Larousse ou de Petit Robert, ni de vrais gros jeux, ni beaucoup d’autres choses qui seront plus ou moins essentielles, selon vos attentes.

Dans mon cas, aucun souci : je l’ai dit, cette machine ne remplace pas le Mac (une fois les textes terminés, je les récupérerais sur le Mac où il passeront ensuite dans Ulysses pour être revus et retravaillés), ni le PC (pour jouer). Même chose pour la photo et la vidéo : ce n’est pas sur le Chromebook que je compte m’en occuper.

Pourquoi ne pas installer Linux sur un PC classique ?

Aucune envie de bidouiller (j’ai assez donné) et, de vous à moi, j’ai encore moins envie de replonger dans les guerres de religions qui opposent les tenants des différentes distributions GNU/Linux.

Le Chromebook, c’est presque comme un Mac, mais qui serait encore plus rapide pour ça : tu démarres la machine pour la première fois, et c’est déjà terminé. Ça marche. La première configuration du Chromebook a duré maximum 30 secondes, le temps de me connecter à mon WiFi et ensuite de me connecter à mon compte Google. C’était bon, j’étais en ligne et je retrouvais toutes mes données, mes extensions dans Chrome, etc.

(Pour les amateurs, on rappellera quand même que, derrière Chrome OS, c’est du Linux.)

Oui, mais t’es obligé d’être connecté à Internet pour utiliser ton Chromebook !

Non. Enfin si, mais non. La première connection à la machine exige un accès à Internet, le temps de s’identifier avec son compte Google.

Mais Google Docs, le traitement de texte intégré et ce que je compte utiliser le plus sur cet ordinateur, fonctionne même sans accès à Internet. Idem pour 1Password (l’indispensable gestionnaire de mots de passe, qui est disponible via le Store Android et, a priori, pleinement fonctionnel sur Chrome OS).

Cela dit, c’est vrai qu’un paquet d’apps ne fonctionnent pas sans Internet. Mais, encore une fois, ce n’est pas un souci vu mon usage de la machine, et vu le fait que je suis rarement sans Internet. Dans le pire des cas, l’iPhone est un excellent point d’accès mobile.

Et qu’est-ce que t’en penses de ce Chromebook, alors ?

Je le répète, il faut être conscient de ce qu’on achète et des sévères limites de Chrome OS, de sa totale dépendance à Google, ainsi que de l’absence de presque toutes les applications qu’on apprécie sur d’autres systèmes : Day One a bien annoncé une beta à venir sur Android, mais quand ? Et, à mon avis, il vaut mieux ne pas trop attendre une version de Ulysses sur Android.

Sachant tout ça, et sachant pourquoi je l’ai achetée, je suis séduit autant par les performances de la machine, pour mon usage, que par sa capacité à se faire oublier (un truc que seule Apple parvenait à faire, jusque là). On n’est pas loin du sans faute (donne-moi un clavier rétro-éclairé, Asus).

  • La machine ne coûte pas grand chose. Contrairement au Mac, je ne m’inquiète donc pas de l’abîmer (je suis très maladroit, et ça ne va pas en s’arrangeant), ni de le perdre ou de me le faire voler, où que j’aille. C’est un gros avantage, du point de vue de mon banquier : je peux changer de 3 à 6 fois de machines (avec ou sans promo), pour le prix d’un seul MacBook.
  • Peu importe ce qui arrive à la machine, mes données sont toujours à l’abri, chez Google.
  • Google Docs n’est pas le traitement de texte le plus complet qui soit. Mais il permet de taper du texte, et c’est tout ce que je lui demande. Il n’est sans doute pas taillé pour accueillir un roman complet : je n’ai pas testé, là non plus ce n’est pas ce que je lui demande.
  • Chrome reste mon navigateur de choix, il fonctionne parfaitement sur cette machine, sans ralentissement ni rien.
  • La gestion de la mémoire (4go) est plutôt efficace, vu la quantité d’onglets que je peux ouvrir simultanément avant que ça commence à légèrement ralentir. A noter aussi la gestion des mises à jour : non intrusives et tellement rapides. Un régal.
  • Pas de ventilo = machine silencieuse. Sans surchauffe désagréable.
  • Le clavier est confortable, même si je l’aurais préféré plus ferme. A l’usage, j’apprécie que les touches de fonctions classiques aient été remplacées par des touches adaptées à Chrome OS (on peut toujours récupérer les touches de fonction classiques).
  • Sans être “Retina”, l’écran IPS de 13 pouces (1920×1080) est agréable et lumineux, avec une densité de 168 ppi. Il reste lisible même au soleil.
  • Pas encore assez de recul pour parler de son autonomie réelle, mais on tourne dans les 8h ou plus, sans aucun souci. Et on dépasse probablement les 10h ou plus pour un usage bureautique, dès qu’on baisse la luminosité entre 60 et 70%.
  • Chrome OS lui-même n’est pas sans charme. Mais, j’insiste, il manque encore énormément de choses (surtout des applications) pour qu’un Chromebook puisse prétendre servir d’ordinateur principal à la plupart des utilisateurs, même les moins experts.

C’est à Google de faire les efforts nécessaires pour apporter ce qui manque à Chrome OS, sans perdre de vue son objectif de simplicité. Et pour encourager les développeurs à porter leurs applications Android vers Chrome OS… et si possible d’une façon plus convaincante que ce n’est le cas actuellement, via le Store Android dispo en beta.

Allez, Google ! En attendant, je continue à découvrir cette étonnante machine.

26 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Un article !!!!!!

    Rhaaaaa lovely

    Sinon pour le même usage, j’ai préféré un iPad. Comme quoi les goûts et les couleurs.

    • Un article !!!!!!

      😉

      Sinon pour le même usage, j’ai préféré un iPad. Comme quoi les goûts et les couleurs.

      Yep, c’est clair. J’ai essayé l’iPad (tu t’en doutes) mais c’est vraiment un laptop qu’il me fallait: le truc posé sur les genoux (ou n’importe où), avec un écran et un clavier qui tiennent tout seul. Mais on est d’accord, aucune raison que l’iPad ne suffise pas pour cet usage, bien au contraire 🙂

      A ce propos, il nous reste à convaincre Apple que l’iPad mini mérite lui aussi d’être mis à jour. Parce que le mien (de 2013) commence à faire sentir son âge et je ne suis pas hyper chaud pour un acheter un neuf, même sur le refurb, sorti en 2015.

  2. Hello @david, ton article est sympa, mais avec l’arrivé du play store sur Chromebook, les écran tactile Qhd LED convertible en tablettes avec leur charnière à 360 degré , et les stylet haptiques , ce n’est plus juste des machines à écrire connecté, mais belle est bien des concurrents à l’ipad.

    Le danger est tel pour les autres OS que windows lance 10S avec un store très pauvre, et que APPLE perd énormément de terrain au etats-unis sur le bancs des écoles, et n’est plus premiers, mais c’est belle est bien Chromebook qui prend la place ..

    Depuis peu il est également de code , de travailler un peu les images, la conversion audio, photos …… et bien-sur jouer ..

    Je te propose de lire mon article sur le Samsung PLUS qui est un excellent produits qui à même relayé mon vieux carnet et mon stylo dans mes réunions http://mychromebook.fr/test-et-avis-chromebook-samsung-plus/

    PS tu peux enlevé le lien, il est la pour te montré les possiiblité de CHrome OS

    • Hello Nicolas, pas de souci pour le lien.

      Je sais que les Chromebook cartonnent dans le secteur éducatif aux USA, au moins chez les écoliers. C’est même un sacré succès.

      Quant à moi, je n’envisage pas de remplacer mon MacBook Pro ni mes iPad, tout simplement parce que ces machines fonctionnent parfaitement bien–et parce que j’y trouve des applications qui me sont devenues indispensables tant elles (me) facilitent la vie… Les fidèles du blog ne seront pas surpris que j’en cite deux, mais il y en a quelques autres : Day One et Ulysses.

      Day One a bien annoncé qu’ils sortiront une version Android en beta… prochainement (quand ?) et qu’elle sera accessible par abonnement (je suis déjà abonné chez eux, pour ceux qui se poseraient la question). Pour Ulysses, rien n’est prévu et je pense qu’il faudra dépenser beaucoup d’énergie pour pousser les devs de Ulysses à s’intéresser à Android : c’est dans l’univers Apple qu’ils ont mûris et sont parvenus à produire ce qui, à mes yeux, est tout simplement la meilleure application dédiée à l’écriture jamais créée. Et il reste toutes les autres apps que j’apprécie. Bref 😉

      Pour ce qui est de la prise de notes, ça dépend énormément des besoins de chacun : mon Chromebook est génial pour taper des notes au km, mais j’attends toujours un concurrent crédible au Pencil de Apple pour la prise de notes manuscrite (et le dessin)… et je n’en vois pas l’ombre d’un, nulle part. Le Pencil est une des plus belles réussites de Apple ces dernières années, à mon avis… mais comme ce n’est qu’un crayon on ne lui donne pas vraiment la place qu’il mérite 😉

  3. Bonjour David,

    6 mois que j’hésite à en acheter un. C’est justement car je n’ai pas encore trouvé d’équivalent à Ulysses que je me retiens. Mais à voir les rumeurs sur le prix annoncé pour le prochain iPhone, je vais de moins en moins pouvoir rester dans le monde Apple financièrement, pourtant fidèle depuis 20 ans. N’hésite pas à nous partager tes découvertes et expériences avec le Chromebook. Merci.

    • C’est justement car je n’ai pas encore trouvé d’équivalent à Ulysses que je me retiens.

      J’ai regardé partout (je pense), et il n’y en a pas… ce qui n’est pas surprenant : il n’y a que peu de chances de réussir à vivre du dév de ce genre d’apps hors de l’écosystème Mac/iOS… Par exemple, j’ai bien trouvé un chouette éditeur (pas parfait, mais avec du potentiel)… Hélas, son dev explique lui-même que c’est impossible de se consacrer au développement de l’application car il n’en vend pas assez, son app coûte… 3€.

      Bref, si tu ne peux pas écrire hors de Ulysses, laisse tomber les Chromebook (ou Windows). Si, comme moi, tu cherches juste une feuille de papier électronique où taper du texte sans te soucier de le structurer/de Markdown/de publier/etc. disons que c’est… envisageable 😉

      Edit: c’est envisageable en restant conscient que Google Docs n’est pas taillé pour les très gros volumes de texte et qu’il faudra donc peut-être apprendre à travailler autrement.

      Je me suis donné quinze jours pour décider si c’était viable, on verra 😉

      • Ecrire hors d’Ulysses me pose pas de problème, c’est de perdre la synchronisation sans soucis avec le smartphone qui peut plus m’en poser. Je m’essaie déjà à Google Docs depuis un moment, rien de rédhibitoire. C’est juste que pour retrouver mes petits et dans un coin où la connexion n’est pas toujours évidente, Ulysses est un plus. Si tu peux donner le nom de l’éditeur chouette et avec du potentiel, cela m’intéresse. 😉

        Sinon, je partage l’intérêt de Nicolas pour Chromebook convertible avec stylet en prime. Je pense qu’il comblera plus mes différentes attentes. Dommage qu’en Europe les Chromebooks ne soient pas encore reconnus comme aux Etats-Unis ce qui rend les fabricants frileux. Mais le nombre de réactions à ton message montre qu’il y a de l’espoir à moyen terme.

        • Ecrire hors d’Ulysses me pose pas de problème, c’est de perdre la synchronisation sans soucis avec le smartphone qui peut plus m’en poser.

          Pour la syncro et l’usage sur iPhone, Google Docs et Google Keep (le bloc-notes/Post-it made in Google) sont dispo sur iOS. Je les utilise sans trop de soucis et je n’ai pas encore rencontré la moindre erreur de syncro… pourtant, je fais tout ce que je peux pour le faire planter 😉

          Pour info, Google offre la possibilité d’afficher les notes de Keep directement à côté d’un Google Docs, c’est pas mal… à voir si ça servira.

          Vu que ça vous intéresse, je reviendrai sûrement sur cette « expérience ». Au moins pour vous dire comment ça se termine et vous raconter si le Chromebook et moi vécûmes heureux et eûmes beaucoup d’enfants 😉

  4. Bonjour,

    Bernard Le Du, de VVMac, a craqué également pour un Chromebook. Selon l’article, publié dans le numéro 131 du mois de mars, il ne le regrette pas.

    • J’ai perdu à peu près tout contact avec mes collègues, mais c’est intéressant d’apprendre ça. J’essayerais de contacter Bernard à ce propos, merci pour l’info 🙂

  5. Oui, Hugo, je m’en sers toujours, mais je vais venir en France en septembre et demander à ACER de me changer le microphone qui n’a jamais fonctionné. Il enregistre si faiblement ! Comme si, à la construction quelqu’un avait oublié un cache avant de l’enchâsser au-dessus de l’écran. Comme il est encore sous garantie, je vais tenter que ça soit vraiment fonctionnel. Je l’avais acheté surtout pour mes travaux de langue. Sans microphone, je me sers d’un casque Bluetooth, ce qui n’est pas pratique. Sinon, pour le reste je ne me plaints pas, sauf peut-être de iWork.com (j’utilise Pages partout) qui ne fonctionne plus aussi bien qu’il y a quelques mois.

  6. En terme d’usage, les Chromebook me font penser à celui que j’avais d’un des premiers eee PC d’Asus. Dans mon cas, l’iPad Mini a rapidement pris le relais.

    • C’est pas faux pour l’usage que j’en ai. Cela dit, il y a au moins 4 aspects qui séparent, et c’est un gouffre, le Chromebook du eee PC (que j’avais aussi remplacé par un iPad), du moins en ce qui me concerne… Ils se ramènent au confort d’utilisation :

      • L’écran : même s’il n’est pas retina, j’apprécie énormément 1080p du Chromebook, lumineux avec d’excellents angles de vue. J’y lis d’ailleurs des ebooks aussi bien (et avec aussi peu de fatigue) que sur mon iPad.
      • Le clavier de taille normale, avec une course normale des touches et une bonne fermeté (même si pourrait encore mieux faire)… il ne lui manque que le rétro-éclairage, mais vu le prix je ne vais pas pleurer.
      • Les performances. Le Chromebook ne m’a jamais laissé cet arrière goût de faiblesse que me laissait tout le temps (?) le eeePC : il y avait presque toujours ce manque oumpf, qui était frustrant. Au contraire du Chromebook : même après 1 semaine ou 2, je reste bluffé par ses performances au vu de ses specs.

      Et le 4ème point, alors ? C’est Chrome OS, bien sûr 🙂

      S’il a des lacunes, Chrome OS est quand même très convaincant pour un usage « netbook », et vachement confortable, là où Windows était une plaie… dans le meilleur des cas, et pire encore sur un petit écran. Et je ne parle même pas de l’intégration au cloud ni des apps Android.

      Ces 4 points (avec d’autres, mais qui sont moins essentiels à mes yeux) font que là où le eeePC m’avait toujours semblé un mauvais compromis et une machine (à écrire) que je n’avais aucun enthousiasme à utiliser… ben… le Chromebook, lui, ne me quitte plus… Je peux déjà te dire qu’il y a des années que je n’ai pas écrit autant/si facilement 😉

      J’en suis même à commencer de m’intéresser aux modèles « écoliers » renforcés, y compris ceux avec un petit écran en 768 pixels (Chrome OS s’y adapte plutôt bien), parce que j’apprécie l’idée qu’ils soient encore plus résistants et plus portables… Hélas, c’est pas gagné pour les tester : la majorité est uniquement disponible aux USA, et c’est pas comme si connaître mon avis sur leurs ordinateurs intéressait énormément les constructeurs de Chromebook 😉

  7. Merci pour ces précisions sur les avantages du Chromebook vàv des eeePC.

    Je partage ton avis sur l’aspect « mauvais compromis » de ces derniers qui, à l’époque, m’agaçait également, surtout les performances et la présence de Windows qui ne me satisfaisait pas .

    Personnellement, j’attends l’arrivée d’iOS 11 cet automne pour remplacer, ou non, mon iPad mini par un iPad Pro de 10,5′.

    • Je t’avoue que je ne sais pas par quoi remplacer mon vieil iPad mini. J’ai l’iPad Pro de 9 pouces (9.7 ?), et s’il est génial, ça n’a rien à voir en terme de je-l’emmène-partout-il-me-suit-partout comparé au mini, ni en tant que liseuse… C’est pas le même poids, c’est pas le même encombrement.

      J’en avais parlé il y a quelques billets de ça, je me sens coincé : le mini est le format idéal à mes yeux, mais j’ai pas envie de payer plein pot pour le modèle le plus récent qui date de… 2015. Apple ne semble plus lui voir beaucoup d’avenir, et je ne vois pas de tablette pour le remplacer 🙁

      Ou alors trouver une tablette à-pas-cher sous Android, dans l’esprit des Chromebook : full plastic et composants d’entrées de gamme, mais avec un écran correct, sur laquelle je puisse lire et prendre quelques notes. Mais je suis prêt à parier que ce sera le même désert….

  8. Bonjour,

    D’accord avec vous sur la pertinence du chromebook, à partir du moment où on connait les limites de l’engin. Par contre, il reste quelques défauts rédhibitoires qui, ce n’est que mon avis, risquent de les enterrer. C’est sûr c’est pas cher, mais du coup les composants à l’intérieur sont parfois douteux. Il en résulte une durée de vie de la batterie qui baisse de manière exponentielle, même en veille, avec le temps. Mais le pire reste quand même les puces wifi, surtout en public, une honte, d’autant plus pour des machines qui ne sont rien sans wifi… A méditer avant de s’extasier.

    • A méditer avant de s’extasier.

      Bien sûr… t’en as d’autres, d’aussi bonnes ?

      Pour ce qui est de la batterie, attention scoop, je n’aurais un avis qu’après quelques semaines/mois: le temps qu’elle donne sa mesure en utilisation réelle. Pour ce qui est de sa santé, pour l’instant, elle est à 100,4% (c-à-d en parfait état) et pourtant je la recharge n’importe comment et n’importe quand… On verra dans quelques mois :

      Mais puisque tu sembles apprécier les jugements un peu excessifs, j’ai presque envie de te répondre que si la batterie du Chromebook ne tient pas 1000 cycles, comme la batterie de mes Mac, je lui en voudrais pas trop : le Chromebook complet m’ayant coûté à peine plus cher que l’achat/installation d’une (ou deux) nouvelle batterie sur mon Mac 😛 😉

      (D’ailleurs, j’ai cessé de suivre l’actualité : quelqu’un sait pour combien de cycles en moyenne sont garanties les batteries du côté des PC/Windows classiques ?… S' »il y a une garantie ?)

      Pour ce qui est du WiFi, je ne vois pas de quoi tu parles ? (N’hésites pas à citer une source d’info qui relaterait un souci du côté du WiFi des Chromebook.)

      Perso, je ne remarque rien… sauf que ça marche « bien » sur de bons réseaux. Mais j’ai pas perdu mon temps à mesurer les perfs brutes (si on veut des perfs en réseau, c’est de l’Ethernet qu’on devrait utiliser, pas du WiFi) et, pour afficher des pages Web, le WiFi du Chromebook me semble tout à fait suffisant…

      Par contre, je remarque que le WiFi du Chromebook est aussi mauvais que celui du Mac ou de l’iPad sur les réseaux publics, ici à Paris… mais, ça, c’est pas la faute de la puce du Chromebook (ou du Mac ou de l’iPad): c’est pas elle qui est nulle, ce sont la majorité des réseaux publics.

      Encore une fois, n’hésite pas à partager les infos dont tu disposes…

  9. Concernant le remplacement de l’iPad Mini, je partage tes inquiétudes : je n’ai pas le sentiment qu’Apple veuille le mettre à jour. D’où ma réflexion pour passer à l’iPad 10,5, tout en sachant que je perdrai en maniabilité. J’ai essayé une tablette Amazon 8′ (à bas prix) : pour lire et prendre quelques notes, cela me suffit. Mais, au bout d’un certain temps , je me retrouve frustré d’avoir une tablette non connectée à l’éco-système iOS et aux principales applications que j’utilise.

    • Mais, au bout d’un certain temps , je me retrouve frustré d’avoir une tablette non connectée à l’éco-système iOS et aux principales applications que j’utilise.

      Yep, nous sommes d’accord. Sinon, heureux de savoir que l’écran du Kindle Fire ne te frustrait pas trop car, sans l’essayer j’avoue, c’est ce qui m’a fait l’écarter comme éventuel remplacement.

  10. Rétrolien : Ecrire sur un Chromebook ? (un autre test, en anglais) | davidbosman.fr

Répondre à Ugo Annuler la réponse.

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.