On ne démontre rien, on ne dénonce même pas, on s’arrête et on montre

Est-ce que c’est laid ou inhumain, qu’on photographie le réel en se mettant juste bien en face ? Non, puisqu’on photographie ce qui est, comme c’est. On ne démontre rien, on ne dénonce même pas, on s’arrête et on montre. Est-ce que décider de s’arrêter où cela n’a pas été prévu est une manifestation subversive ? C’est une autre question : les manifs se font centre-ville devant préfecture ou mairie, avec quelquefois plus de flics que de manifestants, alors ne dédaignons pas nos autres outils – il est où, le dialogue politique sur la ville ? Quant à une supposée laideur (je réagis à une réflexion émise à l’instant sur Twitter), cela m’est étranger : la beauté est indépendante des signes montrés, elle se suffit des géométries. On témoigne du rapport de l’homme à sa Terre et à l’espace, la beauté serait seulement de se glisser là, dans le geste même, et la poursuivre selon idée préalablement construite serait à coup sûr en manquer la force

@François Bon, depuis son 33ème rond-point.

2 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Merci de me rappeler de lire plus souvent François Bon, toujours excellent et passionnant.