Echecs, tout sauf un échec

Il n’y a pas tant d’articles que j’ai souhaité sauvegarder quand tiaaft.com s’est arrêté. Celui-ci en est un : c’est toujours mon application préférée pour jouer aux échecs — et celle de me mon neveu qui, du haut de ses onze ans, semble avoir décidé de mieux jouer que moi 😉

Echecs, tout sauf un échec

Ok, j’aurais pu trouver mieux comme titre, mais — y a déjà un mais, j’ai pas encore commencé à parler de l’app — ne vous plaignez pas : la première version du titre c’était ‘une griffe de fer dans une patte de velours’. Je suis sympa, au fond.

Et puis, le titre n’est rien. Ce qui compte, c’est Echecs (iPhone et iPad, gratuit ou 8,99 €), le jeu développé par Christophe Théron. On le trouve également dans l’App Store sous le nom « Chess Pro – with coach », en Anglais, et « >SCHACH », en Allemand. C’est le même jeu, du même développeur.

2013 06 06 07.19

Echecs est un jeu… d’échecs (je vous ai déjà raconté comment j’ai inventé le fil à couper le beurre et le scoop, en même temps ?) qui s’adresse aux débutants comme aux experts : c’est à la fois un adversaire redoutable et un pédagogue génial.

Trop long, pas envie de tout lire

  • L’app est géniale aussi bien en version gratuite ou payante, c’est une perle si vous voulez apprendre à jouer aux échecs et même si vous savez déjà (très très très très) bien jouer.
  • Des codes sont offerts pour la version payante à la fin de l’article.

Si vous voulez la découvrir plus en détail, je vous invite à lire la suite.

Pour les débutants, et ceux qui cherchent un entraîneur

Un lecteur m’avait signalé l’existence de cette application, il y a un bout de temps et j’avais téléchargé la version gratuite pour voir. J’avais été un peu décontenancé par son fonctionnement et par le système de crédits (j’y reviens) et j’avais mis le truc de côté en me disant que j’y reviendrai. Tu parles… Je l’ai carrément oubliée.

Et puis, je m’y suis remis, un soir il y a un mois de ça. Parce que j’en avais marre de me faire battre par Deep Green et que je me suis souvenu que le jeu promettait qu’on allait progresser si on l’utilisait. Depuis, je le lâche plus (et j’ai acheté la version payante).

2013 06 06 19.22.50.png

Si vous n’avez jamais joué aux échecs, les règles sont disponibles en permanence. Ce qui est déjà bien. Mais, surtout, on dispose de l’entraineur — dont on peu fixer le niveau, pour un jeu de plus en plus pointu, et qui, dès le premier coup, va vous guider en vous suggérant les meilleurs coups à jouer (et les pièces menacées), de façon très visuelle :

2013 06 07 08.42.35.png

En touchant une pièce, on voit les coups possibles :

2013 06 07 10.17.03.png
Tout pion peut avancer de une ou deux case pour son premier mouvement.

Si au début ce coach semble assez anecdotique (quel est le meilleur coup ici ? C’est le principe d’un début de partie : on peut commencer de beaucoup de manières), on appréciera vite son efficacité quand la partie avance et sa façon de nous guider vers des coups qui nous évitent de nous effondrer au premier assaut.

Du moins, on l’appréciera si on ne joue pas bêtement sans réfléchir. Il est en effet tentant de suivre les coups suggérés sans se poser de questions, mais on raterait l’essentiel : réfléchir à la raison pour laquelle le coach nous propose tel coup plutôt que tel autre — tout spécialement quand le coup en question nous semble de peu d’intérêt. Prendre le temps de réfléchir aux quatre propositions, d’essayer de voir ce qu’on gagne, ou comment ça limite la casse ; à chaque coup, essayer de comprendre ce que ça apporte… peut-être pas immédiatement, mais au prochain coup, par rapport aux réponses possibles de l’adversaire. Bref, apprendre à jouer aux échecs.

L’entraineur s’adaptera à votre façon de jouer (un jeu plus ou moins agressif, jusqu’à suicidaire). Et cela n’empêche pas de jouer le coup de votre choix : le coach recalculera de nous propositions au prochain coup.

2013 06 07 08.49.51.png
Ici analyse d’un match entre Kasparov (qui m’avait demandé mon iPad à prêter, si si) et Anand qui passait par là.

La largeur du trait indique l’importance relative de chaque coup.

À noter, l’application permet également de jouer de « vrais » match, sans coach : contre l’ordinateur (dont on pourra facilement fixer le niveau de difficulté) ou même de faire jouer l’ordinateur contre lui-même. Ou jouer à deux, personne contre personne.

2013 05 31 18.06.13.png

Pour les experts

L’application est livrée avec une série de (4600) parties célèbres, que l’on pourra analyser. C’est pratique pour voir où les grands maîtres se plantent et trouver de meilleurs coups que les leurs… heu.

2013 06 07 08.49.07.png

Elle est aussi équipée d’un moteur (Chess Tiger) capable de coller une raclée à n’importe quel joueur (système de classement USCF et FIDE) et d’un livre d’ouvertures.

Elle permet de sauvegarder les parties (PGN) et de les exporter par email (et d’en importer). Par défaut, elle mémorise la dernière partie jouée que l’on pourra donc récupérer même si on a pas pensé à la sauvegarder.

130607 090356

Il est également possible de positionner les pièces, pour s’entraîner et étudier des combinaisons tactiques. On peut demander au coach de signaler les mauvais coups joués, selon lui. Bien entendu, on pourra jouer des variantes sans perdre les coups joués.

Pour les Kasparov et les Carlsen

Le moteur du jeu annonce un score ELO (un système d’évaluation des joueurs) de près de 2700 — pour comprendre que c’est un score aussi impressionnant qu’un dîner aux chandelles en tête à tête avec Jodie Foster, on se rappellera que Garry Kasparov est classé 2871 (juillet 1999) et que Magnus Carlsen a atteint 2 872, en février 2013.

Personnaliser l’interface et les paramètres du jeu

2013 05 31 18.01.24.png

On peut désactiver les sons. On peut changer l’apparence du jeu avec 15 thèmes, 14 échiquiers et 9 types de pièces, dont :

130607 085332
130607 085401

Il est également possible d’utiliser un thème sans couleurs pour le coach, pratique si on est daltonien :

2013 06 06 19.22.02.png

C’est quoi la différence entre la version gratuite et la version payante ?

La seule différence est le système de crédit : avec la version gratuite, il faut gagner des parties pour amasser des crédits qui permettent… de profiter pleinement de l’app. C’est futé : ça encourage à jouer.

Attention, il y a également une version « Lite », qui est moins complète et moins puissante (1200 ELO). Je n’en parle pas ici.

Dans la prochaine version

Toutes les captures de ce test ont été faites sur la beta iPhone et iPad, il y aura donc de légères différences avec ce qui est disponible actuellement, mais ça vous donne une idée de ce qui arrive 😉

Au niveau de l’interface, en plus d’une tardive, mais bienvenue optimisation pour l’écran de l’iPhone 5, dans les parties « humain contre humain » les pièces de l’échiquier tourneront pour se présenter correctement au joueur qui a le trait. C’est sympa.

2013 06 07 08.31.53.png

Pour ce qui est de l’assistant, un indicateur visuel des coups illégaux :

2013 06 07 08.38.01

On retiendra aussi :

  • Un entraîneur encore plus pointu, avec des niveaux de jeu supplémentaires.
  • Des performances améliorées
  • Réorganisation des menus et options (ce qui est une bonne idée)
  • Option permettant de faire disparaître les suggestions dès qu’on a joué son coup (on peut les faire apparaître à nouveau, si besoin, en touchant le bouton vert)
  • Le temps d’analyse maximum passe à 3h
  • Amélioration de la fonction de mise en place de position
  • Possibilité de choisir la langue de l’app (Anglais, Français ou Allemand) sans avoir besoin de changer la langue de l’appareil
  • Correction de quelques erreurs dans le livre d’ouvertures et dans les collections de parties classiques
  • Amélioration de la fonction d’importation de fichiers PGN (entre autres pour pouvoir importer des fichiers ne respectant pas vraiment le standard PGN)

Conclusion

Top :

  • Tout ?
  • La pédagogie de l’app. On se découvre capable de réfléchir et, tel un Garry Kasparov à l’accent belge, on se découvre même capable de calculer des coups sur base des suggestions de l’assistant.
  • Sa polyvalence. Elle est aussi agréable pour apprendre, que pour jouer — sérieusement ou pas.
  • La version gratuite et ses crédits qui incitent à jouer.
  • Pas de pub dans la version gratuite ♥

Flop :Ce qui pourrait être encore mieux

  • La version actuelle n’est pas optimisée pour l’iPhone 5. La prochaine l’est, comme vous pouvez le voir sur les captures.
  • Il y a pas mal d’options, rien que pour les sons et bruitages. Ça pourrait être simplifié.
  • Les règles pourraient être affichées autrement et ailleurs que dans une petite fenêtre pop up… qui n’est pas ce qu’il y a de plus confortable.
  • l’interface en bois… mais le skeumorphisme et moi, c’est pas nouveau qu’on est pas copains — et je dis ça surtout pour sauver ma réputation de râleur professionnel, parce que sinon y a pas grand-chose à critiquer sur cette perle.

Si on prend le temps de la découvrir, on réalise que cette app n’est pas loin du sans faute et que c’est probablement ce qu’il y a de mieux pour apprendre à jouer aux échecs contre une machine. Mais aussi pour jouer sérieusement. S’il y a beaucoup d’options, on apprécie de les avoir sous la main.

Ce qui est révélateur, c’est de voir l’effet de l’app sur un joueur vraiment novice (je joue mal, mais depuis longtemps). Hier, j’ai joué une partie normale contre un ami dont il est sorti en me disant que c’était compliqué, que c’était impossible d’anticiper les coups, etc. Puis, après une petit pose Coca, je lui ai proposé de jouer contre Echecs, en mode entraineur. Comme je le craignais, il a commencé par suivre les coups, sans réfléchir. Je lui ai suggéré de réfléchir à chaque proposition avant de valider et, en quelques instants, j’ai vu son regard s’illuminer : « je ne comprenais pas ça », « j’aurais jamais pensé à ça ». « Ah oui, je peux jouer ça pour l’attaquer là »… Je ne sais pas s’il va devenir un joueur d’échecs, mais sur le coup il était pris au jeu. Et on a vidé la batterie de l’iPad, rien qu’en jouant.

Bref, c’est le compagnon idéal à avoir dans l’iPad et/ou l’iPhone pour progresser et s’amuser seul ou à deux, ou pour se faire botter les fesses.

### Codes offerts Désolé, y a plus de code depuis longtemps 😉

6 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Mince, voilà qui donne une bonne raison de plus d’achetez un iPad pour profiter pleinement de ce jeu.

  2. OUi je la trouve vraiment sympa cette appli.

    Sauf que je joue sur mon iphone du boulot, et que je préfère android. vraiment dommage que l’appli ne soit que sur apple. ça va m’obliger a acheter un Ipad ( en plus de ma tablette Android ) …

    Chapeau au développeur, je suis débutant et cette application conviviale nous incinte vraiment a jouer

  3. Dans les parties humain contre humain. L’app empêche les coups illégaux. Par consequent la partie ne se finit jamais….comment enlever cette option ?

    • En même temps, si le coup n’est pas légal il vaut mieux en chercher un autre pour finir la partie, non ? 😉

      • Je suis un grand débutant tout comme ma fille de 8 ans qui s’est pris de passion pour ce jeu et j’aimerais bien finir une partie contre elle…(si possible la laisser gagner ) je suis pas sûr de tout comprendre mais si l’app empêche tout coup qui mettrait le roi en danger comment la partie peut-elle finir ? D’autre part vu notre niveau même si un roi est en danger pas sûr que l’autre le voit et en profite !

        • je suis pas sûr de tout comprendre mais si l’app empêche tout coup qui mettrait le roi en danger comment la partie peut-elle finir ?

          Ce n’est pas exactement ça : l’app ne va pas vous empêcher de mettre le roi en danger (c’est le but du jeu, de mettre le roi en danger), mais elle va interdire les coups illégaux (qui rendraient la partie impossible à jouer) et elle va aussi interdire de laisser le roi en situation d’échec — c’est-à-dire attaqué par les pièces de l’autre joueur.

          C’est une règle fondamentale du jeu : un roi attaqué doit être protégé ou mis à l’abri. Mais vous avez raison, des joueurs novices (ou non, d’ailleurs) peuvent ne pas voir certaines attaques ou opportunités et donc continuer leur partie. Ca (m’)arrive souvent, sur un plateau de jeu physique.

          C’est une situation intéressante. Je ne promets rien, mais je vais me renseigner pour voir s’il existe un plateau de jeu passif sur iOS, qui laisserait jouer tous les coups, sans contrôle : je n’en connais pas.

          Par contre, à défaut de mieux, rien ne vous empêche de désactiver l’assistant dans l’application Echecs : touchez le bouton Suggestions, le rond vert en bas de l’écran pour le (dés)activer. L’application continuera à vous interdire les mouvements illégaux et à vous forcer à répondre à un échec, mais vous jouerez déjà plus librement : sans alertes et sans suggestions des coups.

          En vous souhaitant d’agréables parties d’échecs, avec votre fille 😉