Coelho + hasard + chaleur + Knacki

Depuis deux jours, je me dis que je devrais lire Paulo Coelho. Pas de chance, comme chaque été, l’horaire de ma librairie a changé : elle est encore fermée à l’heure où je reviens de ma promenade quotidienne — de mon côté, je ne vois aucune bonne raison de changer mes habitudes sous prétexte que sur le calendrier « Juin » a été remplacé par « Juillet » ou « Août ». Bref, je n’ai jamais dit que j’étais facile à vivre.

Mais le hasard fait bien les choses, voilà ce que j’ai trouvé par terre, ce matin en me promenant :

Coelho.jpg
Un livre de Coelho. Tu parles d’une coïncidence.

Bien sûr, on est en droit d’émettre quatre hypothèses (au moins) sur le pourquoi du comment ce bouquin est arrivé là, en dehors de la simple perte par son propriétaire (dans ce cas, qu’il ou elle calme le flot de ses larmes, car son livre est entre de bonnes mains) :

  • Soit il est si bon que, enthousiasmé, son propriétaire a décidé de le partager dans une sorte de « bookcrossing anarchiste » (quelque chose que je pratique depuis des années, assez sympa).
  • Soit le livre est tellement mauvais que, excédé, son propriétaire l’a jeté au loin.
  • Ou peut-être qu’il n’est pas mauvais du tout, mais qu’il fait vraiment trop chaud et que le lecteur épuisé l’a abandonné. Peut-être même qu’il l’a fait tomber d’une des fenêtres des maisons qui bordent le trottoir, en la refermant en hâte pour ne rien perdre de la maigre fraîcheur accumulée cette nuit. Peut-être, côté passager, dans un geste de rage impuissante il a balancé ce livre depuis la fenêtre ouverte d’une vieille Twingo rouge qui passait par là, parce que vous avez remarqué que c’est toujours quand il fait étouffant que la clim tombe en panne alors on ouvre les fenêtres et, parfois, on laisse pendouiller un bras à l’extérieur sur la tôle surchauffée de la portière, excédé par la chaleur et par le manque d’air et parce qu’il n’avait rien d’autre sous la main à jeter pour se soulager que ce livre, qu’il avait pourtant envie de lire ce matin encore en le choisissant dans sa bibliothèque, ce livre dont la moindre longueur, le plus petit défaut, sous l’effet dilatateur bien connu de la chaleur — c’est de la physique élémentaire : quand un corps donne de la chaleur, il se contracte. Quand un corps reçoit de la chaleur, il se dilate — ce livre dont le moindre défaut, disais-je, prenait sous ses yeux fatigués et brûlants, des proportions himalaysque et faisait de ce qui, dans toute autre situation, aurait été une agréable lecture, un pur cauchemar, encore 277 pages à lire et à tourner l’une après l’autre c’est dingue comme le papier est épais et lourd ce livre pèse une tonne qu’est-ce qui m’a pris de l’emmener et ce connard d’auteur qui n’arrête pas de faire des digressions interminables je ne sais même plus de quoi il parle, rien à jeter pour se soulager que ce livre, disais-je, ou alors cette brave vieille Knacki, le gentil teckel assis sur ses genoux qui, si elle semblait apprécier d’avoir déjà passé la tête par la fenêtre ouverte, n’aurait probablement pas aussi bien supporté de voir passer le reste de son corps rejoindre sa tête, et les pavés du trottoir juste après ça, de l’autre côté de la fenêtre.
  • Et la troisième hypothèse ? Puisqu’il semblerait que le sujet du bouquin soit une histoire d’amour : l’amant(e) qui le lisait, confortablement installé à l’ombre de ce bosquet, en voyant arriver l’élu(e) de son coeur lâcha le bouquin pour se précipiter à la rencontre de l’aimé(e) et, enlacés, ils sont partis en l’oubliant derrière eux.

Edit: une dernière hypothèse : Coelho a vendu tellement d’exemplaires, qu’il est statistiquement inévitable de tombermarcher sur l’un d’entre-eux, par hasard ;)

Bref, je vais finalement goûter mon premier Coelho, j’espère ne pas être tombé sur un mauvais crus.

flattr this!

2 commentaires » Ecrire un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>