Comment lire des ePubs sur le Kindle (et où trouver des ebooks en français sans DRM) ?

Dans la série « les tutos pour ma grand-mère (et pour moi aussi, mais j’ose pas le dire) » : comment lire un ePub sur le Kindle qui, ce con, ne lit pas ce format — de vous à moi, c’est uniquement parce qu’on est vendredi et que je ne souhaite pas gâcher votre WE, que je me retiens de vous dire à quel point je trouve ça nul de la part de Amazon.

Heureusement, il est possible de transformer un ePub (sans DRM) en MOBI, compatible avec le Kindle, grâce à Calibre, le gestionnaire d’ebooks gratuit (compatible Mac, Windows et GNU/Linux).

Installez-le, pendant ce temps je nous prépare un thé… Ca y est ? OK.

  1. Si ce n’est déjà fait, ajoutez votre ePub à votre bibliothèque Calibre :
    Epubconvert Work Epub
  2. Comme vous le voyez, après importation je ne dispose que du format ePub (clic=grand) :
    Epubconvert Work Format
  3. Faites un clic droit sur votre ebook et choisissez Convertir les livres -> Convertir les livres individuellement. Dans la fenêtre qui s’ouvre, choisissez MOBI comme Format de sortie et mettez à jour les informations qui vous semblent utiles dans les différents champs (clic=grand) :
    Epubconvert Work Meta
  4. Validez. Selon la taille de l’ebook (et son format de départ), cela peut prendre un certain temps. La progression est affichée en bas à droite de la fenêtre de Calibre :
    Epubconvert Work.png
  5. Le nouveau format est disponible :
    Epubconvert Work Done
  6. Branchez votre Kindle à l’ordinteur. Patientez quelques instants puis, dans Calibre toujours, faites un clic droit sur l’ebook et choisissez Envoyer au lecteur, Calibre se charge de tout).

Epubconvert Kindle

Bonus gratuit : une astuce

Pour faciliter encore un peu le travail, dans les Préférences -> Comportement, de Calibre, définissez le format MOBI comme Format de sortie préféré, vous n’aurez même plus besoin de le sélectionner dans la liste déroulante lors des prochaines conversions :

Epubconvert Work Mobi

On en trouve où, des ebooks sans DRM en français ?

Dans pas mal d’endroits, en fait. Voici quelques suggestions qui me semblent intéressantes :

Le dragon Griaule (de Lucius Shepard) que j’ai utilisé comme exemple est édité par mes petits camarades du Bélial. Il est proposé en version imprimée (25 €) et électronique (PDF et ePub, sans DRM, pour 10,99€).
Leur catalogue électronique est encore très récent, mais on y trouvera déjà quelques morceaux de choix. Si vous lisez de la SF, montrez-leur (et aux auteurs, avec eux) qu’ils ont fait le bon choix en refusant de pourrir leurs livres avec des DRM et en proposant les textes à des tarifs raisonnables (à partir de 1 €).

Les plus observateurs auront remarqué d’autres ebooks dans certaines des captures d’écran. En dehors de ceux que je fabrique occasionnellement moi-même, ils proviennent pour l’essentiel de :

  • publie.net, qui les propose lui aussi à des tarifs très raisonnables, sans DRM et dans plusieurs formats dont le MOBI (même pas besoin de convertir le livre pour le lire sur le Kindle, donc).
  • Pour les ouvrages du domaine public, on citera Ebooks libres et gratuits. Là aussi, les ouvrages sont proposés dans un paquet de formats, sans DRM.
  • Les classiques des sciences sociales. Mais ceux-là demandent un réel travail de nettoyage et de préparation avant d’être convertis en ebooks.
  • Sans oublier le Project Gutenberg, qui dispose d’un rayon en français et propose lui aussi ses textes dans un paquet de formats qui facilitent la vie.
    Notez que pour la SF, si vous lisez l’anglais vous trouverez des choses plus récentes que dans le rayon francophone. Du Philip K. Dick, par exemple.

Mentions légales : aucun ebook n’a été maltraité durant la réalisation de ce mini tutoriel. Les octets et les pixels utilisés sont 100% recyclables. En lisant ce texte, vous avez automatiquement accepté de me payer la somme de 2.000.000 d’euros. Merci beaucoup.

40 commentaires » Ecrire un commentaire

  1. Bonjour, Pour info, la revue 100% numérique Angle Mort (http://www.angle-mort.fr) permet de lire des nouvelles de littérature de l’imaginaire (SF, fantasy, fantastique). Et ces nouvelles sont aussi directement téléchargeables au format mobi, donc pour le Kindle. Mais aussi au format ePub, PDF et lisibles en ligne sur le site.

    Keff.

  2. Comme souvent pour tes billets, je pense « merci, merci » mais je ne commente pas. Donc : Merci ! merci ! Désolée je lis mal le gris sur gris, je n’arrive pas à déchiffrer ta dernière phrase… 😉 Et sinon, question rien-à-voir ou presque : sur le Kindle, est-il aisé (ou même possible ?) de sélectionner facilement un mot dans le texte pour en connaître le sens ? Je veux dire un peu comme avec « Dictionnary » dans Safari, par exemple ?

  3. @keff, tu me casses mon coup, là : un billet sur ton mag était prévu 😉

    Cela dit, n’attendez pas mon billet pour y goûter 🙂

    @ Mahel: Merci. Oui, tu déplaces le curseur avec le pad central devant le mot à définir et il affiche définition dans un popup en haut ou en bas de l’écran (il y a aussi un dico en FR, mais je ne l’ai pas encore essayé) :

    dico

  4. Bon ben encore merci ! 🙂 Tu viens d’anéantir mes dernières hésitations : je reviens, je vais acheter un Kindle, moi… (ça ne se voit pas, mais je suis trop contente là !)

  5. Bonjour,

    J’avoue, comme Mahel, ne pas commenter assez sur le formidable espace d’échange et de découvertes que voici !

    Merci pour la redécouverte de ebooksgratuits.com et par ce biais de très belles éditions numériques de FeedBooks ! J’ai enfin trouvé par exemple une version originale du « Cousin Pons » de Balzac ou les « Misérables » dans une mise en page moins misérable que ce qu’on peut trouver sur (le néanmoins formidable Gutenberg).

    Je veux bien échanger un conseil contre une astuce : par quels Wells commencer contre l’astuce semi-légale pour en télécharger les versions numériques malgré qu’on soit en France ! 🙂

  6. Sinon, pour information : il n’y a rien d’illégal (même pas à moitié) dans le fait de posséder ces copies numériques : tu as parfaitement le droit de posséder une copie numérique de tout texte (ou oeuvre) que tu possèdes, cela s’appelle droit à la copie privée. Et cela que l’auteur soit vivant ou mort, qu’il soit pro ou anti édition numérique. Voire même s’il te menace d’une main dans la gueule — cela dit, que le grand B se rassure : il y a autant de chance que je lise ses livres sous forme numérique que sous forme imprimée : aucune.

    Tu n’as pas le droit de les diffuser, par contre.

    Les Wells (et pas mal d’autres, pas visibles sur le screenhsot) garnissent depuis des années les rayons de ma bibliothèque. Au lieu de perdre mon temps à les scanner moi-même pour en avoir une copie numérique, je récupère les fichiers là où ils sont dispo (sur le Web). C’est-à-dire que je les prendrais chez les éditeurs eux-mêmes, s’ils les proposaient (edit: à un prix raisonnable, et sans DRM, au moins pour les ouvrages du domaine public)… Exactement comme j’achète la version Kindle d’ouvrages en anglais que j’ai pourtant déjà dans ma bibliothèque : pour gagner du temps.

    Si « Proxy » ne donne rien de concluant dans ta recherches sur le blog, lis ce billet, c’est une solution parmi d’autres.

  7. En fait je demandais simplement un conseil sur par quel Wells commencer ! 😉 J’ai utilisé le proxy web proxify et ça a bien fonctionné… (ils ne savent pas encore qu’une url finissant par .epub est un téléchargement donc actuellement c’est très simple !)

    Effectivement il n’est pas illégal de posséder une copie numérique d’un livre que l’on possède, et heureusement ! Malheureusement c’est pas toujours aussi simple que ça… Le plus simple serait une système permettant de facilement obtenir une version numérique des livres qu’on possède et qui ne sont pas dans le domaine public. Wired en parlait il y a deux jours : http://www.wired.com/epicenter/2011/10/book-fulfillment-center/. J’avais pas exemple acheté « L’accroissement mathématique du plaisir » de Catherine Dufour chez Scylla avant de voir que j’aurais pu acheter la version papier+numérique sur e’Belial pour 2€ de plus. Pourrais-je un jour acheter le fichier epub au prix réduit ?

    Bref, il y a encore du progrès, notamment chez les trop nombreux éditeurs qui s’acharnent sur le papier…

  8. Au fait dès que j’avais entendu ce qu’avait dit le « grand B » j’avais eu envie de chercher la version numérique de ce que je possède sur papier ! 😀

  9. Mouarf !

    J’ai rien pigé, alors (bon, j’ai la crève ça me fait presque une bonne excuse 😉

    La guerre des mondes, qui souffre de lenteurs assez agaçantes, reste un morceau de choix. SInon, tous ses classiques, peu importe l’ordre en fait.

    Le plus simple serait une système permettant de facilement obtenir une version numérique des livres qu’on possède et qui ne sont pas dans le domaine public.

    Ce fait des années que je prie pour ça… En attendant, je suis OK de payer pour les 2 versions (d’autant plus s’il y a un tarif adapté) : je suis pour le « free as in freedom », pas pour le « free as in free beer ». Il n’y a que sur Internet que l’utilisateur s’imagine que la gratuité est un droit 😉

    À ce sujet, je me permets de rappeler :

  10. Merci beaucoup, je commencerai donc par celui-là ! Il faut avouer que c’est généralement par « la guerre des mondes » qu’on entend parler de Wells ! 😉 Désolé pour ne pas avoir être très lisible dans mon premier message…

    Moi qui n’ai pas l’habitude de souvent relire des livres, je m’intéresse à la copie numérique de ceux que j’ai pour y revenir chercher un passage ou une référence. Le reste seront de nouveautés dont je ne possèderai pas de version « physique ».

  11. Rétrolien : Le Kindle en France : bilan après 15 jours « Le blog de Bouquineo

  12. Rétrolien : Trucs pour KIndle by celinecdi - Pearltrees

  13. Rétrolien : Des homards sous le iSapin | davidbosman.fr

  14. Rétrolien : Alternatives à iBooks Author ? | davidbosman.fr

  15. Acheteur récent d’un Kindle, ce tuto m’est très utile, notamment pour transformer la série des Maxime Chattam (thriller) que j’ai en version papier et… en epub !

  16. Rétrolien : Avec quoi tu lis tes ebooks ? | davidbosman.fr

  17. Rétrolien : Alfred Bester | davidbosman.fr

  18. Rétrolien : L’anthologie numérique éternelle | osezlasf.net

  19. Merci pour ce tuto, je pense que je suis parée pour noël (je sais d’avance que je vais avoir le kindle, premier modèle non rétro éclairé etc) et je suis très impatiente. J’ai déjà pas d’ebooks sur mon pc, certains en mobi d’autres en epub, pdf.

    J’avais lu qu’après une conversion un ebook téléchargé pouvait être difficilement lisible sur kindle ? au niveau de la mise en page etc ? avec des réglages de police impossible par exemple, est ce le cas ?

    • De rien. Le Kindle est un beau cadeau.

      La lisibilité dépend du format : ePub et MOBI s’afficheront aussi bien que n’importe où ailleurs, c’est-à-dire avec les limites actuelles de ces formats : une mise en page… rudimentaire (césures, hauteur de ligne, espacements, etc.), mais un texte et des images très lisibles.

      Le PDF s’affichera de façon plus ou moins insupportable sur le Kindle : ce n’est pas un format optimisé pour les liseuses.

      • pas mal d’ebooks*

        Merci pour ta réponse, j’espère que les conversions epub et pdf rendront bien sur le kindle. Une liseuse ne remplacera jamais le contact avec un bon vieux bouquin, il n’empêche…pouvoir partir en week end sans trimbaler de gros pavés qui seront maltraités durant le voyage, me rend impatiente.

        Merci encore =)

        (je ne savais pas pour le ‘droit à la copie privée’)

      • Il y a des convertisseurs PDF vers EPUB qui fonctionnent bien et sont faciles d’emploi ( contrairement à celui intégré dans Calibre ) mais si les PDF sont issus de documents scannés il vaut mieux avoir une liseuse munie d’un écran correcte !

  20. Rétrolien : Wikipédia hors ligne | osezlasf.net

  21. Bonjour, je laisse un commentaire sur ce billet bien longtemps après sa mise en ligne, désolée! Merci en tout cas pour les précisions sur ces conversions. J’hésite actuellement sur un Kindle, et tu lèves certaines de mes hésitations: je voulais en effet m’assurer que je pouvais y lire tous les ebooks achetés ailleurs, au format epub. Me voilà rassurée. Subsiste une question: une des fonctionnalités qui m’attire (et que je n’ai pas trouvée sur les autres liseuses- est la possibilité de savoir combien il me reste de temps/pages avant la fin d’un chapitre. C’est facile de feuilleter un livre papier pour savoir si on a le temps de finir ou pas, mais feuilleter un livre sur une liseuse, c’est pénible. Et ça, justement, Kindle le permet. Mais si on gère sa bibliothèque par Calibre en convertissant ses epub en mobi, est-ce que le Kindle affiche toujours ce temps restant avant la fin du chapitre? Je sais que ça peut sembler un détail mais pour moi, c’est un argument presque décisif pour passer au kindle… Merci d’avance!

  22. Merci, j’ai pu convertir tous mes epub !! même si je date un peu par rapport au billet !

  23. Merci pour le tutoriel! C’est une honte pour amazon de ne pas prendre en charge le format epub…

  24. Bonjour, J ‘ ai chargé « calibre », mais impossible de le lancer. … Je précise que : – j ‘ ai (vieux) Vista – suis (très !) nul en informatique. D ‘ où ma très grande reconnaissance aux personnes qui, comme vous , prennent le temps d ‘ aider les « nuls. 🙂  » comme moi. Merci d ‘ avance si vous pouviez m ‘ aider. Eric

    • Bonjour, difficile de vous aider à distance. Deux idées :

      1. On ne sait jamais : avez-vous installé Calibre ? Il ne suffit pas de télécharger le programme, il faut aussi l’installer (en double-cliquant dessus pour lancer son assistant d’installation qui vous guidera pas à pas).
      2. Vous n’avez peut-être pas téléchargé une version compatible avec votre système ? Sans entrer dans les détails techniques, il existe des versions de Windows qui fonctionnent en mode 32 ou 64bit, il faut prendre la version correspondante de Calibre : la version pour un Windows 64bit ne fonctionnera pas sur un Windows 32bit.
    • C’est certain qu’il y a d’autres solutions.

      Mais je n’ai pas forcément envie de confier mes ebooks à un site dont je ne sais rien, pour les convertir, alors que je peux le faire sur mon ordinateur, dans un programme qui est de toute façon déjà installé vu qu’il me sert aussi à cataloguer/éditer/etc. mes ebooks 😉

    • Mais vous oubliez le plus important, outre la convivialité ici !, et surtout pour les « moins doués » d ‘ entre nous, je n ‘ aurais JAMAIS réussi sans l ‘ aide et les conseils pour trouver, télécharger et utiliser ce programme ! L ‘ aspect Humain, l ‘ aide sans rien demander en retour comme ici, vous en faites quoi ?

      • Je ne comprends pas en quoi un service en ligne serait moins convivial qu’un logiciel résident… De plus, un service en ligne est utilisable depuis une tablette ou un smartphone, alors qu’on ne peut pas installer Calibre que sur un ordinateur.

        • Qui parle de convivialité? Toi ? Commence par apprendre à dire bonjour quand tu débarques quelques part — chez moi, en l’occurence — tu verras ça aide à établir un dialogue plus convivial. Quant à moi, je ne parlai pas de convivialité, mais d’intimité (de vie privée, si tu préfères): je n’ai aucune idée de ce que ton site Web fait avec les (méta)données que je vais lui confier en lui filant mes ebooks.

          Encore une fois : les solutions sont nombreuses. Je me contente d’expliquer comment je fais. Si ça ne te plaît pas, et si tu préfères convertir tes ebooks sur une tablette et en ligne, c’est très bien. Perso, mes ebooks sont stockés sur mon ordinateur et seuls ceux que je lis sont sur ma tablette donc, encore une fois, ça ne me pause aucun souci de passer par Calibre qui est déjà installé sur mon ordinateur.

          Je ne peux pas être plus clair.

        • Bonjour,

          Je me suis mal exprimé, vous avez raison sur le plan « pratique et multisupport » de votre argument. Je parlais d’ Aide à trouver (d’ où merci pour votre ajout Online convert qui aidera certains) et , du moins pour moi, à comprendre, expliquer comment …, et ce bénévolement, sur le temps libre de David , … , et parfois je suppose C’ est cela dont je suis reconnaissant, pour un « dino » en informatique comme moi 🙂 J’ ai eu même une « pensée » 🙂 ( cool, en tout bien tout honneur !) de reconnaissance cette nuit, car j’ ai pu continuer à dévorer Jack Campbell (Flotte des étoiles) dans la mesure de mes moyens financiers, sans compter tous les bouquins que j’ ai déjà repérer. J’ ai d’ ailleurs une question « subsidiaire : ma recherche « basique » de livre se fait par : rechercher  » titre , auteur, ou les deux , suivi de « epub »… Je suis sûr qu’ on peut faire mieux, y a t il des sites à éviter ? des préférentiels ?

          Cordialement,

  25. Commentaires fermés. Autre chose à faire que de m’excuser de partager des astuces qui ne sont pas du goût du tout le monde.