Hölderlin and Version Control

Hölderlin’s first drafts were usually written on the right half of the right page in a folio sized notebook (Heft). He left the back of this page empty, so he could use the left part of the page and the back side of the previous page for revisions and reformulations. He thus always had three times the space for later work than he used for the first draft.

Hölderlin and Version Control

Je ne suis pas Hölderlin, mais je travaille encore de cette façon quand j’utilise un carnet pour prendre autre chose que de courtes notes : j’écris sur la page de droite, tout en laissant une marge généreuse pour faire des corrections et des commentaires, et je laisse la page de gauche vierge, pour les révisions. (En plus de ça, j’utilise des carnets Atoma ou un Filofax, dans lesquels on peut ajouter des feuilles, selon les besoins.)

Ce n’est pas quelque chose que l’on m’a enseigné en classe — Dommage. Je l’ai appris sur le tas, en réalisant à quel point il était difficile de faire des modifications dans un manuscrit si l’on n’avait pas réservé de la place à cet effet dès le départ. Je crois que l’idée d’écrire uniquement sur la page de droite je l’avais piquée à Virginia Woolf, mais je ne pourrais pas le jurer.

Même chose sur l’ordinateur où j’utilise un système de contrôle de version (Mercurial, si je travaille seul, Git si je travaille avec quelqu’un qui préfère ce dernier). C’est un outil austère — il est carrément moche affiché dans la fenêtre du Terminal et pas convivial pour un sou — mais il est 100% fiable et multiplateforme : je peux bosser sur le Mac ou sur le PC Ubuntu ou même sur Windows, avec exactement le même système, et centraliser les modifications en un seul tronc, facile à suivre pour retrouver n’importe quelle version.

Mercurial

Versions, l’outil de contrôle de versions intégré à OS X Lion, est un pas dans la bonne direction, mais il ne fonctionne que sur Mac et sur un seul Mac (impossible de travailler sur le même fichier sur deux ordinateurs et de rassembler les versions par la suite), il ne permet pas d’ajouter des commentaires aux versions (pourtant bien pratiques pour repérer facilement des changements importants et des versions spécifiques d’un manuscrit), il est aussi limité pour la comparaison de longs documents (il ne dispose d’aucun indicateur visuel pour marquer les ajouts ou les suppressions), ou pour choisir finement quelles modifications accepter et lesquelles rejeter. Bref, il est encore jeune.

flattr this!

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>