Thorn est mort

Dis maman, ça veut dire qu’on aura droit à un extra de Soleil Vert au déjeuner ?

Je sais, c’est nul… mais bon depuis cette nuit j’entends la radio nous (moi tout seul ?) bassiner avec la mort du « dernier héros mythique d’Hollywood », Charlton Heston (je pensais que c’était John Wayne ? Salauds ! Rendez-lui sa médaille !). Alors bon…

Ceci dit, même si le grand Charlton n’était pas un de mes acteurs fétiches faut bien reconnaître que j’adore ses personnages dans Soleil vert (Thorn), Omega Man (Neville) ou encore dans « la Planète des singes » (Taylor, le cosmonaute naufragé). Paraît qu’il a aussi conduit un char, et porté une jupette, dans Ben Hur: j’ai du m’endormir trop tôt.

Bref, tout ça pour dire que OK, il est mort. C’est triste. Mais ça va, on peut repasser ses DVD (ou ses Blu-ray, si ça existe ?).

Tout ça pour (vous) dire aussi que, si on compare, la perfection technique, les méga-chiées d’images de synthèse plus parfaites les unes que les autres, un scénario ficelé par une armée de pros qui pensent à tout, des cadrages posés au millimètre et tout ce bazar qui coûte un tas de millions de dollars… ça ne fait pas un bon film (mais ça peut faire faire des Wooowww au public qui n’en demande peut-être pas plus ?). Malgré leur maladresse, j’ai envie de dire, j’apprécie plus ces films de SF vieillots, ceux où l’ami Charlton promène sa (très) belle gueule et son talent d’acteur, que les versions plus récentes — Je suis une légende (la version avec Will Smith, dans laquelle on se souviendra surtout du si gentil chien héroïque et du méchant zombie/enragé rusé, et surtout qu’il ne faut pas sortir la nuit pour draguer un mannequin de cire) ou La planète des singes (oui, celle du génial Burton, qui ressemble à quelque chose de pas… terminé, d’abandonné en cours de route) et … euh, je connais pas de reprise de Soleil vert (et c’est bien étonnant car son thème me semble plutôt d’actualité) — je préfère ces vieux films, disais-je, où la technique faisait ce qu’elle pouvait pour suivre le scénario et les acteurs, plutôt que leur remakes modernes qui retombent bien souvent à plat. Epuisés par un maquillage trop soigné ou par le souci obsessionnel d’avoir l’air crédible ? Je sais pas, mais des films où l’on voit surtout les acteurs tout/trop faire pour rattraper la technique, une technique qui prétend disputer la première place au scénario.

Allez quoi, Thorn tué d’une lance en caoutchouc par un prêtre mutant albinos et vindicatif, en plein New York, en tentant de sauver un bocal de jus de grenadine (qui est son sang, le vaccin qui sauvera l’humanité), c’est bien plus… sympa que Will Smith le noble héros faisant sauter la motié de la ville de New York avant de se suicider (et suicider les zombies) à coup de grenade (au phosphore?) pour sauver… le papillon/messager envoyé par Dieu.

Je vous laisse, j’ai un rendez-vous avec Charlton: je vais me refaire un soleil vert !

flattr this!

2 commentaires » Ecrire un commentaire

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués d'une *.


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>